UA-70904437-1

22/02/2012

Vous avez dit discrimination ?

Ai pris connaissance ce jour des conditions d'engagement dans l'administration française ("Guide du candidat, Centre National de la Fonction Publique Territoriale") :

 

1-3 Les conditions de nationalité

Ont accès aux concours organisés par le CNFPT les ressortissants des pays membres de l'Union européenne et de l'Accord sur l'Espace économique européen, sauf celui de chef de service de police municipale où la nationalité française est exigée. Sont concernés : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, l'Irlande, l'Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie, et la Suède. Ainsi que les trois autres Etats parties à l'accord sur l'Espace économique européen, à savoir l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège.

Les candidats qui ont la nationalité monégasque, suisse ou andorrane ont aussi accès aux concours organisés par le CNFPT.

Attention, même s'ils ont accès aux concours, les ressortissants européens autres que français, peuvent se voir limiter l'accès à certains postes au moment du recrutement. La collectivité employeur, seule habilitée au recrutement, peut leur opposer la nécessité de posséder la nationalité française pour occuper certaines postes (notamment ceux comportant l'exercice de prérogatives de puissance publique).

A la lecture de ce texte, il n'y a pas lieu de se laisser intimider par Monsieur le Président de l'Assemblée nationale française Accoyer, Monsieur le Conseiller régional de Haute-Savoie Vielliard, Monsieur le Président du Groupement transfrontalier européen Charrat, ainsi que leurs consorts.

A compétences égales, priorité aux résidents dans l'administration publique municipale (en bonne intelligence avec les services du chômage), sans oublier bien entendu les suisses de l'étranger, qui pour la plupart se sont établis en France, à défaut d'avoir trouvé un logement à Genève.

23:34 Publié dans Genève | Tags : frontalier, ecoyer, charrat, vielliard, hug | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Attention Bernard Accoyer. Bien à vous et au plaisir de vous lire. Comme d'autres élus dans la blogosphère de la Tribune de Genève.

Écrit par : JF Mabut | 23/02/2012

Un parfait exemple de malhonnêteté intellectuelle. Monsieur Putallaz "omet" sciemment de préciser que la fonction publique française,dans son ensemble, est ouverte aux ressortissants EU et Suisses, à l'exception de CERTAINS postes dans la magistrature, l'armée ou la diplomatie, comme dans tous les pays.

Écrit par : J.-C. Heritier | 24/02/2012

Ce n'est pas parce qu'en France ils font de la discrimination gratuite et stupide que nous devons faire de même sur notre territoire. Non. Soyons plus malins, les français eux sont depuis longtemps enlisés par une politique xénophobe, raciste et néocolonialiste !

Écrit par : Grégoire Barbey | 26/02/2012

Il en est pourtant qui ne cessent de répéter qu'il n'a a pas de discrimination à l'embauche en France.

Écrit par : Mère-Grand | 02/03/2012

Les commentaires sont fermés.